A fond la caisse!

Publié le par Marie, Paris

J'ai décidé que cette année j'allais me rendre au théâtre un peu plus souvent. Je suis à Paris, la ville aux douzaines de théâtre, présentant des pièces toutes plus différentes les unes que les autres.

Pour cela, je me suis offert une carte du "Club spectables VIP" de 6 places à résever parmi une large sélection de pièces, le tout pour 79 euros. (si ça vous intéresse, je vous parraine, envoyez-moi un petit mot à sbmarie -at- gmail - point- com).

Ma première réservation a été pour la pièce "A fond la caisse". Voici la présentation:

"On les rencontre chaque jour, vêtues du même tablier et confinées dans la même fonction : les caissières de super marché font partie de la banalité de notre quotidien. Mais la pièce de Franck Didier invite le spectateur à un regard différent sur l’univers de ces femmes, en nous permettant de découvrir l’intimité de leur vestiaire, dans lequel leurs différentes personnalités se confrontent, s'affrontent ou se lient.De la “mama” antillaise à la bimbo hyper lookée en passant par la chef de rayon portugaise, la pièce regorge de situations cocasses, de rencontres improbables entre six femmes dont la vie diffère sitôt qu’elles ont quitté leur lieu de travail commun. Dans un langage résolument quotidien, le texte fait la part belle à ces petites phrases assassines ou désopilantes qui résonnent de manière naturelle dans les échanges quotidiens entre collègues. Comédie avant tout, rythmée, dynamique, la pièce ne se résume toutefois pas au simple genre comique : si l’on rit beaucoup de ses personnages (si proches de nous !), on se prend également de tendresse pour leurs petits défauts ou leurs existences parfois cabossées par la vie. Humour et tendresse : ce sont les maîtres mots de l’univers féminin qui nous est proposé par Franck Didier. Et peut être les maîtres mots de l’univers féminin tout court."

J'ai bien ri, je vous le confirme. Les six comédiennes m'ont fait passer un moment de bonheur, une tranche de leurs vies à toutes, où leur seul point commun est leur travail.
Le décor de la pièce est la salle de repos et des vestiaires des caissières, et on assiste à leurs conversations. Chacune a une vie et/ou un caractère bien rempli, et on suit leurs histoires, leurs joies et leurs peines. Elle sont dirigées par une supérieure qui, sous ses airs dominateurs, a aussi ses petits défauts à cacher (et pas des moindres! la mère supérieure se pinte au wisky en douce, une scène mémorable de beuverie :).
Le tout est parfaitement contemporain, on comprend mieux les humeurs de certaines caissières (surtout dans les Franprix Parisiens!).

Le temps passe en un éclair et il faut déjà sortir de la salle. Les filles ont beaucoup de tonus et font partager leur enthousiasme et leur joie de vivre.

Courrez-y! C'est jusqu'au 7 Octobre à La Grande Comédie 40, rue de Clichy 75009 Paris. Tél. : 01.48.74.03.65

Publié dans Carnet de culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dorian 05/10/2006 22:17

Et dire que c'est en arrivant à la campagne qu'on est retourné au theatre... à Boulogne !!! comme quoi certaines fois il faut attendre de perdre quelque chose pour en avoir vraiment envie... je note ton conseil pour la pièce !

HélÚne 04/10/2006 15:57

Un des grand avantage de vivre dans Paris. Je commence à retourner au théatre avec ma fille aînée ou maman. Je retiens le nom de la pièce.

Colette 04/10/2006 13:56

Je n'habite pas PARIS ,mais j'ai eu de la chance de voir cette pièce à CAYENNE ,elles sont venues jouer tout au début de la sortie de la pièce ,je suis bien d'accord avec toi ,j'ai beaucoup ri......Souvent les pièces qui sortent dans les théâtres Parisiens sont d'abord jouées en GUYANE ........La prochaine pièce que je vais voir Le diner de cons de Francis VEBER . (35 euros)le 6 octobre ici il n'y a pas d'abonnement ,mias j'adore le théâtre.Bonne journée

Le confit c'est pas gras 04/10/2006 12:39

ça donne très envie ! J'espère une tournée provinciale...

salwa 04/10/2006 11:30

j'ai du aller une seule fois au theatre dans ma vie , c'etait a paris et pour voir une representation de Carmen