Un week-end de pêche

Publié le par Marie, Paris

 

Le week-end dernier, nous sommes allés visiter notre ami Jo dans sa résidence secondaire: un grand terrain quelque part à la frontière entre l'Ile de France et l'Yonne, avec un lac au milieu.

Nous avons planté la tente (pas fait de camping depuis quasiment 20 ans!) et nous sommes mis à la pêche.

.

Dans le lac de Jo, il y a beaucoup de poisson, des tanches, des brochets et des carpes. Pour pêcher les gros, il nous fallait des petits. Le samedi après-midi a donc été consacré à la pêche aux tanches. Ces petits poissons de 7cm environ, serviront d'appât vivant pour atrapper des plus gros. Ils sont super, ils mordent quasi immédiatement à l'hameçon. Sans rire, si au bout de 30 secondes vous n'avez pas de prise c'est que vous n'en aurez pas, ou que l'appât a servi de repas à l'un d'entre eux sans qu'il reste accroché à l'hameçon.


Un truc marrant, les appâts. Non, on n'utilise pas de vers de terre, merci. A la place on utilise une pâte faite de farine, d'oeuf et de poudre spéciale au goût de truc qu'aiment les poissons. Il y a aussi des espèces de boules de chewing gum, à des goûts déments: passion, chocolat ou caramel (absolument véridique).

.

Où est donc passée la pêche où l'on passe des heures à attendre la prise? Ne partez pas, la voilà: pour les plus gros poissons, il y a plusieurs méthodes de pêche, l'une d'entre elles consiste en la pose d'une ligne dans un endroit stratégique, et d'attendre, attendre... Au lieu de rester planté là à passer le temps (ce qui est agréable, mais bon, c'est vraiiiment long), on pose un détecteur sur la canne à pêche et elle nous prévient quand il faut venir chercher le poisson. Enfin je simplifie hein.

.

Nous avons posé plusieurs cannes avec soit un grelot, soit un super détecteur électronique dernier cri de la mort qui tue. Et ce dernier a décidé de nous prévenir de l'arrivée d'un poisson... à 2h30 du mat (juste 1 bip), puis à 5h (petit bip aussi), puis la vraie prise à 7h30 (biiiiiiiiiiiiip). Là tout le monde a été réveillé (la toile de tente, on a inventé mieux comme isolant sonore), et la bataille entre l'homme et la bête a duré un bon moment. La prise pesait 7kg, mesurait presque un mètre et a été TRES contente de retourner à l'eau après avoir posé pour la postérité.


Non, je n'ai pas de photo, eux ils peuvent se lever à 7h30 si ils veulent, mais moi je n'ai pas dormi de la nuit sous la tente à cause de la tempête de vent, alors je reste dans mon sac de couchage et je ne prends pas de photo!

.

.

Faire du camping, quasiment 20 ans après avoir été Scout de France pendant un moment, ça réveille des souvenirs.

Il y a des choses dont on se souvient, comme comment monter une tente, et des choses qu'on avait oubliées comme la nuit dans la nature il y a des ombres et des bruits.

Et deux jours sans eau courante ni électricité, ça va bien, mais pas plus SVP!

Publié dans Carnet de voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dorian 07/09/2006 23:08

Cammping comping comment tu dis ??? c'est quoi ??? vivre dehors avec des bêtes ??? pas d'eau... euh je n'imaginais pas ça... par contre tes aventures j'en veux encore !!! si si encore !!!

audinette 07/09/2006 08:49

idem... le camping, très peu pour moi ! et la pêche... ben... c'est pas mon truc...
j'aurai bien vu la photo de la bête, moi !

Colette 07/09/2006 03:12

Tu es adorable sur cette photo....

mayacook 06/09/2006 15:13

Ah les souvenirs de chamallows grillés!

HélÚne 06/09/2006 09:56

Ah, que de souvenirs (aussi chez les Scout). Et aussi de rester des heures à ne rien voir venir.