Mes Rousquilles pour le KKVKKV

Publié le par Marie, Paris

Pour le KKVKKV en cours, c'est Croquette qui mène la danse. Je vous invite à lire la recette et le déroulement du jeu sur son site.

Bref rappel du principe du jeu initié par Manue, le "kikiveutkikivientcuisiner" : mettre en ligne une recette qui devra être réalisée par tous ceux qui ont envie d'essayer, de se lancer, de tester.  Chacun peut voter pour la photo qu'il préfère et ainsi celle ou celui qui aura eu le plus de succès sera désigné(e) comme le ou la gagnant(e) de l' édition. Son auteur aura alors l'honneur et le plaisir d'organiser l'édition suivante.
Je regrette d'ailleurs qu'on ne puisse pas inclure le jugement au goût du produit, car faisant partie de la catégorie "c'est pas forcément beau mais c'est quand même bon", mes réalisations n'auront jamais la chance de gagner un vote pareil. Bon c'est pas grave, l'essentiel étant de participer.


J'étais motivée pour ce KKV, je vous le jure! Comme je vous l'ai expliqué dans ma note de jeudi dernier, je m'étais procuré la fameuse anisette, et assurée que tous les ingrédients étaient dans la cuisine. Je ne suis pas franchement fan de biscuits secs, mais l'émulation made-in KKV était la plus forte, et puis ça fera plaisir aux collègues lundi avec le café.



Vendredi soir, après le dîner, au lieu de sombrer dans le canapé familial et de brodouiller devant la télé, j'ai fait ma pâte à rousquilles. Il faut dire que cette manipulation est facile, nonon j'insiste, c'était tout fait très rapidement.



Samedi, le plombier devait venir, "entre 8h et midi ma p'tite dame", donc j'ai dû me lever à l'aube (!) et j'avais plein de temps devant moi pour l'opération cuisson et glaçage.

Préchauffage du four, oké faut trouver des emporte-pièce adéquats. Heu, qu'est-ce qui est rond et creux et qui fait respectivement 7 et 3 cm de diamètre? Pour le grand j'ai trouvé un verre à moutarde, facile. Pour le petit je me suis dit, bah un shot à vodka! Et bien non, ça fait quasiment 4cm! Drame... je cherche, je cherche, et finalement j'opte pour un bouchon de bouteille d'eau. Fallait trouver :)



Je sors la pâte du frigo, dûre comme tout, bon pas de panique, j'en coupe un morceau, que je mets 10 secondes au micro-ondes. Elle ressort parfaitement malléable, et c'est parti pour l'étalage sur un plan de travail légèrement fariné. J'emporte pièçouille, je rétale, je coupouille, pas de problème. Stooop, la plaque à pâtisserie est déjà pleine à craquer, j'en fais tenir 11, il me reste la moitié de ma pâte. D'ac, j'enfourne.


Franchement jusqu'ici tout va bien. Je fais ma petite vaisselle. Bon, on va s'attaquer au glaçage. La cuisson au boulé se passe bien, ouééé, je maîtrise! Je retire la casserole du feu, je monte mon blanc d'oeuf en neige pas trop ferme. Je me tourne vers la casserole de sirop, ET LA C'EST LE DRAME !!! Le sirop, quand c'est hors du feu, ça cristalise! Mais pourquoi on me dit jamais rien à moi...
Me voici avec mon blanc d'oeuf qui descend, mon sirop devenu solide et mon moral qui en prend un coup. Bon, tant pis, je mets le sirop-solide dans l'oeuf, de la vanille (pas d'extrait de citron), et je touille avec le batteur. Forcément mon glaçage a des grumeaux, mais ça n'est pas trooop choquant
.

Pour l'étalage du glaçage, il faut avoir fait les beaux-arts, en session appliquée. C'est pas facile d'étaler cette chose. Heureusement, 100 fois heureusement, je m'étais offert le pinceau en silicone qui ne craint pas le chaud (après avoir flingué une demi-douzaine de brosses d'écolier). Bref, j'étale, j'en mets partout, c'est pas grave, heureusement que j'ai une dose complète pour la moitié des biscuits, faudra en refaire pour la prochaine fournée, oulalala c'est bon ce truc. Hum, léchouille.

Une heure après, le plombier parti, la vaisselle terminée, je sors ma plaque du four, bon, ça va, ça n'a pas brûlé, tout est encore en place, le glaçage (même un peu granuleux) a bien pris.

On attend que ça refroidisse et on goûte. Verdict, mais c'est pas mauvais cette petite chose! On sent légèrement l'anis, sans que ça ne soit un arôme trop imposant, parfait pour grignoter avec un thé léger.

 

 

 

 

 

Après l'éffort et le réconfort, la photo, enfin les photos. Je ne suis pas une pro, j'ai découvert le mode macro la semaine dernière, et que mettre un fond pouvait avoir des avantages (c'est joli) et des inconvénients (ça fait des ombres). J'en ai fait plein pour ce KKV. Je ne sais pas ce que vous avez fait des "centres de Rousquilles", mais j'ai décidé de faire comme aux USA pour les centres de Doughnut, ne rien jeter! (mignon non?) 

 

 Le biscuit étant Catalan, rendons à l'Espagne ce qui lui appartient:

Les Rousquilles de sbmarie

Publié dans Carnet de cuisine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Totoro (des montagnes catalanes ^_^) 25/06/2007 08:23

Bonjour.
Merci de préciser que ce biscuit est Catalan!
Vos rousquilles ont d'ailleurs l'air très bonnes, d'autant plus que vous n'avez pas oublié l'anis dans la pâte!
Je pense que je vais prendre plaisir à visiter ce blog afin de découvrir d'autres recettes...

Dorian 02/03/2006 00:24

Superbe Marie autant la manière de nous faire vivre tes aventures... hum cette montée de la tension il y a du Hitchcock en toi !!! et puis en plus tu sauves la mise et tu nous réalise une superbe construction, j'vois pas ce que l'on peut demander de plus... heu on peut les... déjà plus???

Manue 01/03/2006 21:03

ils ont l'air d'enfer malgré tout, moi avec les centres j'en ai refait des nouveaux ...

Colette 01/03/2006 20:24

Chapeau ma p'tite dame et avec une histoire de plomberie par dessus le marché.....

croquetteb 01/03/2006 16:55

Je n'ai pas eu le temps de finir mon message!!! Je disais donc que j'aimais beaucoup ta façon de raconter la fabrication des rousquilles, j'avais l'impression d'être dans ta cuisine. Je trouve que ta pile de rousquilles est très jolie!! Bravo
Croquette